05 59 70 39 70 direction@saintjo64.fr

Un groupe de jeunes, qui a évolué au cours du projet, a initié une réflexion sur les « origines du lycée » : Pourquoi un établissement scolaire à Ustaritz depuis 1829 ?
Nous avons remonté le temps, de 1829 à 1807, et Mme Goyenetche, notre responsable d’aumônerie, nous a fait découvrir les fondateurs de la congrégation des Filles de la Croix : André Hubert Fournet et Elisabeth Bichier des Ages.
Puis, nous avons visité le couvent des Filles de la Croix, juxtaposé à notre lycée. De nombreuses sœurs nous ont accueillis.

Pour finaliser ce projet, nous avons allié détente et culture sur 2 jours (le 18 et 19 avril 08) dans la Vienne : Après s’être divertis au Futuroscope, c’est 18 jeunes et 4 accompagnateurs qui se sont rendus à La Puye, la maison–mère de la congrégation des Filles de la Croix.
La soirée a réuni les talents de chacun dans les rôles de chanteurs, musiciens et danseurs : un moment simple et convivial…

Le lendemain, nous avons effectué un pèlerinage à la rencontre des lieux importants et marquants pour les deux fondateurs. Marcher dans les pas de ces deux Saints, c’est partager un moment de leur vie. Sœur Marie de Magdala, nous a fait découvrir l’histoire passionnante de la congrégation. Ses connaissances historiques éclairées par son sourire et sa douceur nous ont captivés.

La mission de la congrégation est de donner une instruction aux plus pauvres, soigner les malades et les vieillards laissés à l’abandon, prendre en charge les orphelins et aider les veuves. …
« le père Fournet m’a fait comprendre les besoins immédiats des pauvres gens autour de moi » disait sœur Elisabeth.

Ces orientations données par sœur Elisabeth nous donnent un éclairage particulier sur notre lycée :
– L’école primaire, créée en 1829 à Ustaritz, était gratuite et l’enseignement dispensé en Basque et en français (déjà !).
– Depuis l’établissement scolaire s’est adapté aux besoins des nouvelles générations (pensionnat, cours secondaire, mixité, filière technique, lycée professionnel, BTS et aujourd’hui le Bac Pro en 3 ans…).
– L’accueil se fait dans le respect et la différence de chacun. Les sœurs ne sont plus présentes au sein du lycée, mais l’établissement est empreint de ce passé qui nous a semblé si proche pendant ce séjour.

Nous avons un devoir de mémoire, et un devoir de maintenir vivantes les valeurs sous-tendues par la congrégation des Filles de la Croix.
Un projet à renouveler … d’après le jeunes qui l’ont mené et vécu.

%d blogueurs aiment cette page :